Accueil du site > Presse > Projets MAM > MAISON D’ASSISTANTES MATERNELLES (LORIENT, 56)

MAISON D’ASSISTANTES MATERNELLES (LORIENT, 56)

Une maison d’assistantes maternelles en projet

vendredi 25 février 2011, par Maryvonne

Une maison d’assistantes maternelles en projet

Mireille Gardy et Danielle Cadic espèrent installer leur Maison d’assistantes maternelles dans cet appartement de 80 m2, rue de Finlande. Leur projet, elles le portent depuis deux ans et demi. Et ne veulent pas se substituer aux éducatrices de jeunes enfants.

La maison d’assistantes maternelles offrirait des horaires plus flexibles pour les parents. Mais le projet, soutenu par le conseil général, bloque au niveau de la municipalité.

« Les parents nous demandent de plus en plus des horaires décalées, ça peut commencer de 5 h du matin jusqu’à 23 h. Le rythme est dur à suivre parfois. » Mireille Gardy et Danielle Cadic sont assistantes maternelles. Face à un besoin identifié à Lorient, et alors que, près de l’hôpital Bodélio, la crèche La boite à malice va fermer à la fin de l’année, elles ont décidé de monter leur association, une maison d’assistantes maternelles (Mam). En décembre, elles ont obtenu l’agrément pour son ouverture, après un travail en collaboration avec la PMI (protection maternelle infantile). La structure serait composée de trois assistantes maternelles agrémentées pour garder jusqu’à quatre enfants, et d’une directrice.

Horaires atypiques

« Nous pourrions accueillir une douzaine d’enfants de 0 à 6 ans, explique Mireille Gardy, 32 ans. Le but est vraiment de proposer des horaires atypiques, pourquoi pas sept jours sur sept. Nous serions flexibles, nous voulons simplement transposer notre quotidien. Sinon on risque d’être saturées. » Les assistantes maternelles seraient toujours employées par les familles. La différence, c’est que l’accueil aurait lieu dans un local dédié, un appartement de 80 m2, situé rue de Finlande.

Présenté au bureau municipal

Mais le temps presse pour les subventions. Car si le projet a l’accord du conseil général et le soutien de l’Udaf (Union départementale des associations familiales), il n’a pas le soutien financier de la municipalité. Et le bailleur, qui a réservé son appartement depuis plus d’un an, donne aux assistantes maternelles jusqu’à fin février pour que la situation se débloque enfin.

« Le dossier passe en bureau municipal ce lundi, précise Claudine Le Goff, adjointe à la petite enfance à la mairie de Lorient. Mais je n’y suis pas favorable. Les Maisons d’assistantes maternelles vont dans le sens d’un démantèlement du service public. Il y a actuellement 264 assistantes maternelles, qui peuvent demander l’agrément pour garder jusqu’à quatre enfants : il y a donc 150 places vacantes possibles sur Lorient. Le subventionnement demandé est de 9 500 € par an, imaginez si d’autres assistantes maternelles ont la même idée... »

Danielle et Mireille ont demandé une subvention au conseil général pour le démarrage et le loyer. Elles attendent une réponse.

Source : Ouest-France