Accueil du site > Presse > Projets MAM > REVES D’ENFANTS (Mouvaux, 59)

REVES D’ENFANTS (Mouvaux, 59)

Mam de Mouvaux (59) : une pétition circule contre son ouverture

mardi 8 juillet 2014, par Maryvonne

Mam de Mouvaux (59) : une pétition circule contre son ouverture

Quatre nourrices agréées rencontrent des difficultés pour ouvrir leur maison d’assistantes maternelles à Mouvaux (59). Le local qu’elles ont trouvé est situé dans une propriété privé. Les copropriétaires font circuler une pétition afin d’empêcher l’installation de la structure d’accueil pour enfants.

Après neuf mois passés à mettre en place leur projet de Mam, les quatre assistantes maternelles de "Rêves d’enfants" voyaient enfin le bout du tunnel. Ayant enfin trouvé un local, elles prévoyaient d’ouvrir leur Mam en septembre prochain. Mais elles ne pouvaient deviner que les copropriétaires de la propriété privée où elles ont décidé de s’installer s’opposeraient à leur projet. La pétition lancée par les habitants a récolté 27 signatures sur 30 maisons. La principale motivation ? Les habitants redoutent le bruit et le passage des voitures. "Il n’est pas question qu’on subisse la vie professionnelle de ces assistantes maternelles. Cela fait quarante ans que je paye pour une tranquillité ! On ne va pas se laisser faire, tous les gens du lotissement sont remontés",explique une habitante du lotissement au journal La Voix du Nord. Trouver une entente

Les habitants ont aussi prévenu le maire de la commune par courrier. "J’ai bien reçu leur pétition mais il s’agit d’un projet privé. Je n’ai pas à intervenir. J’ai toujours été favorable aux MAM, d’ailleurs, j’ai soutenu d’autres projets sur la commune. Les gens râlent sur tout, même quand il n’y a pas lieu…", déclare ce dernier. Pour les quatre jeunes mamans à l’origine du projet, cette opposition résulte d’une méconnaissance de la Mam. Rappelons que l’article 16 du règlement de copropriété exclut l’exercice d’une profession libérale et d’un commerce. Selon l’agence immobilière en charge du dossier, "l’activité d’assistante maternelle n’entre pas dans ce cadre". Mais le règlement imposerait que l’une des assmats vive sur place. Pour l’heure, le président du syndicat de copropriété essaie de trouver une entente entre les deux parties et conseille à l’équipe de la Mam de faire du porte à porte pour "rassurer et convaincre" les habitants. A suivre.

Source : maminou