Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > REPERE D’EVEIL (Pennautier, 11)

REPERE D’EVEIL (Pennautier, 11)

Repère d’Eveil : une structure unique dans l’Aude Quatre assistantes maternelles de Pennautier innovent et créent la première maison d’assistantes maternelles du département.

lundi 4 janvier 2010, par Maryvonne

C’est une structure unique dans le département mais qui devrait faire école. Quatre assistantes maternelles de Pennautier se sont regroupées en association pour créer la première maison d’assistantes maternelles, qu’elles ont baptisée Repère d’éveil. Cette structure, qui répond aux normes les plus strictes en matière de sécurité et d’hygiène, a ouvert ses portes le 4 janvier dernier et accueille quatorze enfants de 0 à 4 ans.

En fait, Marie Lannay et Catherine Lauvand sont les pionnières de cette aventure qui vient tout juste de démarrer. Elles ont réussi à fédérer deux autres assistantes maternelles du village, Sandrine Tual et Ninette Wisnievski. Tout a débuté en février 2008, lorsqu’elles ont pris connaissance qu’une maison d’assistantes maternelles avait été créée en Mayenne. « Aussitôt, nous avons pris contact avec les responsables de cette unité ainsi qu’avec l’Association de regroupement d’associations des maisons d’assistantes maternelles (Aramam) », confie Marie Lannay. Depuis décembre 2008, une loi autorise le regroupement d’assistantes maternelles, une loi bichonnée par Nadine Morano, la secrétaire d’État à la Famille.

Mais les deux pionnières, les avant-gardistes, étaient loin d’être loin de se douter qu’elles allaient débroussailler le terrain, essuyer les plâtres. Si les assistantes maternelles dépendent de la PMI (protection maternelle et infantile, organe du conseil général), le regroupement sollicite l’aval d’autres administrations : la CAF, la MSA et encore la PMI, qui ont été confrontées elles aussi à ce projet entièrement innovant. Les deux jeunes femmes, malgré une solide expérience professionnelle, ont dû s’engouffrer dans un véritable dédale, labyrinthe juridico-administratif. Avec l’aide de la mairie de Pennautier, elles ont réussi à trouver une maison en location, à l’aménager aux normes, à décrocher des subventions (à venir) de la municipalité et de la CAF, à investir sur fonds propres dans des jeux pour enfants et même des extincteurs.

« Ici, c’est une ambiance familiale tout en étant une collectivité », souligne Catherine Lauvand. « Nous sommes entre l’assistante maternelle classique et la crèche », poursuit-elle, indiquant que chaque assistante peut très bien s’occuper des enfants de ses autres collègues, les petits et les parents sont gagnants avec cette toute nouvelle structure. « Les horaires sont mieux adaptés, plus souples, les tarifs sont légèrement supérieurs mais les parents sont remboursés. Quant aux enfants, la socialisation est plus importante car ils sont regroupés par tranches d’âge », affirment de concert Marie et Catherine. Les assistantes maternelles, elles aussi, en tirent un bénéfice, un confort de travail, des échanges d’expériences, des conseils… Mais le plus grand gagnant dans cette innovation, c’est sans aucun doute l’État, qui fait l’économie de structures, de personnels…

Source : La Dépêche.fr du 11 janvier 2010