Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > MAM LE JARDIN DES BOUT’CHOUX (Vannes, 56)

MAM LE JARDIN DES BOUT’CHOUX (Vannes, 56)

Assistantes maternelles. Une maison pour trois

mardi 3 mars 2015, par Maryvonne

Assistantes maternelles. Une maison pour trois

Karine, Irène et Sophie, trois assistantes maternelles du quartier de Ménimur, ont créé une Mam (Maison d’assistantes maternelles). Depuis janvier, elles accueillent les enfants qu’elles gardent dans une maison dédiée à leur activité, louée en commun.

Elles ont cherché longtemps la maison idéale pour travailler sous le même toit ; aujourd’hui, le projet né en 2011 se concrétise. Les trois assistantes maternelles abritent leur activité dans une maison neuve du quartier de Ménimur, entièrement dédiée à l’accueil d’enfants en bas âge. Elles ont mis leurs maris à contribution pour faire les aménagements nécessaires. En changeant d’adresse, elles ont dû se faire à nouveau agréer.

Une valorisation et une reconnaissance professionnelle

« Ce n’est pas simplement une personne qui reçoit un agrément, c’est tout un environnement qui doit être visité par la PMI (protection maternelle et infantile) qui agrée ou pas », explique Karine Minois. Les visites ont été concluantes et les trois professionnelles peuvent, chacune, accueillir quatre enfants. « Nous travaillons ensemble, mais pour les parents cela ne change rien, nous restons employées de ceux qui nous confient leurs enfants que nous accueillons personnellement », explique Karine Minois. Le statut des Mam donne aux assistantes maternelles la possibilité de mettre en place une délégation d’accueil si, ponctuellement, l’une d’elles a besoin que sa collègue la remplace. « Mais ce n’est pas le but : cela se met en place sur la base d’un échange de temps et nous ne pouvons de toute façon pas avoir plus de quatre enfants sous notre responsabilité ». « Les parents trouvent rassurant que nous soyons ensemble car cela fait plus d’yeux et plus de bras au côté de leurs enfants », constate Sophie Le Brazidec.

Pour les trois nounous, l’avantage majeur, c’est de ne plus être seule chez elle. « Cela nous donne la possibilité d’échanger, de mutualiser nos compétences et du matériel », souligne Sophie. « Tout va dans le sens d’une vraie reconnaissance professionnelle. Nous venons au travail le matin et, le soir, ce sont nos maris qui nous accueillent à la maison ! », ajoute Karine. « C’est aussi important pour nos familles, notamment pour nos enfants qui n’ont plus à partager leur chambre avec les petits que nous gardons », constate également Irène. Elles notent l’intérêt pour les bambins qui se retrouvent ensemble pour partager des jeux et des activités. « C’est aussi beaucoup plus facile, à plusieurs, de mettre des activités en place ». Mais Karine, Sophie et Irène rappellent qu’elles restent toutefois indépendantes et ont aussi des activités propres et des sorties qu’elles organisent individuellement.

Un loyer partagé

Une Mam entraîne un coût supplémentaire pour les assistantes maternelles. Ce ne sont pas les parents qui paient le loyer de 841 € de la maison. Les charges supplémentaires, loyer mais aussi eau, gaz, électricité, téléphone et taxe, sont partagés entre les professionnelles réunies en association. « Pour faire face à cette dépense supplémentaire, nous avons augmenté notre activité en gardant quatre enfants au lieu de trois », explique Sophie. Les trois adhérentes de « Mam Bout’choux » envisagent d’accueillir une quatrième collègue. « Ce serait une garantie, car le projet n’est viable qu’à trois ; or l’une d’entre nous peut être amenée, pour une raison ou une autre, à devoir quitter la maison ». Mais elles sont unanimes : « Pour rien au monde, on ferait marche arrière ».

Contact Tél. : 09.82.52.42.48. E-mail : mamlejardindesboutchoux@outlook.fr

Source : Le Télégramme du 27 février 2015