Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > MAM A LA HAUTEUR (Colomiers, 31)

MAM A LA HAUTEUR (Colomiers, 31)

Colomiers. « À leur hauteur », au plus près des enfants

mardi 8 avril 2014, par Maryvonne

Colomiers. « À leur hauteur », au plus près des enfants

Cindy et Sandrine viennent d’ouvrir la première maison d’assistantes maternelles columérine./Photo DDM. 

Fruit d’une loi récente, une maison d’assistantes maternelles vient de voir le jour à Colomiers, élargissant ainsi l’offre en ce qui concerne la petite enfance. « L’intérêt est de proposer une structure collective, mais de taille réduite, où l’on a le temps de s’occuper des enfants », présente Cindy Echavidre, l’une des deux assistantes maternelle. « Nous sommes ainsi à l’écoute des souhaits des parents, qui peuvent passer pour allaiter, ou participer à des activités comme des semis ou de la pâte à sel. Et nous pouvons proposer le port à l’écharpe, ou développer des activités avec la pédagogie Montessori, ce que des structures traditionnelles de crèche n’ont pas le temps de faire. Projets pour les enfants

Les maisons d’assistantes maternelles fonctionnent avec un statut d’association. Séduites par cette nouvelle formule, Cindy et Sandrine, qui travaillaient ensemble en crèche comme auxiliaires de puéricultrice avec un statut de fonctionnaire ont décidé de sauter le pas. « Nous travaillons plus et avons perdu le confort de notre statut précédent, mais en trouvant en contrepartie des conditions de travail qui nous correspondent, ainsi qu’aux enfants ». Après avoir passé un an à monter le projet, la MAM « à leur hauteur » a finalement vu le jour en début d’année, au 4, chemin de Roquepava, où est louée une maison qui est entièrement dédiée aux enfants. Bientôt agréées pour quatre enfants chacune, elles comptent maintenant mettre en place d’autres activités. « Nous souhaitons aménager notre jardin pour les beaux jours, avec un toboggan, une cabane, et en développant des activités d’éveil comme le jardinage, avec récolte et dégustation des fruits ». Des structures qui ont un coût, et qui pourraient bien être financées par… internet ! « Nous avons monté un projet Ulule, qui est un financement participatif, sur le modèle de « my major company » pour la musique. Et nous avons déjà récolté 70 % des dons. Mais le financement n’est débloqué que si l’on atteint le seuil de 100 %, et il ne reste que 15 jours… » Alors avis aux donateurs !

www.facebook.com/aleurhauteur

source : la Dépêche.fr du 8 avril 2014