Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > MAISON ASSISTANTES MATERNELLES AVENTURE (Marchiennes, 59)

MAISON ASSISTANTES MATERNELLES AVENTURE (Marchiennes, 59)

Marchiennes : trois nounous ouvrent une maison d’assistantes maternelles

samedi 10 janvier 2015, par Maryvonne

Marchiennes : trois nounous ouvrent une maison d’assistantes maternelles

Ce sera la première du genre dans le Douaisis : à mi-chemin entre la micro-crèche et l’assistante maternelle classique, la MAM Aventure s’installe dans des locaux prêtés par la maison de retraite Émile-Dubois. À l’origine de ce projet, trois jeunes nounous, dynamiques et créatives à souhait.

L’arbre peint sur le mur de la pièce principale a conservé quelques feuilles, rousses comme l’automne. « Les locaux sont prêts depuis septembre », explique Jennifer Bachelet, l’une des trois assistantes maternelles à l’origine de la MAM Aventure. MAM, comme maison d’assistantes maternelles : pas une structure d’accueil petite enfance mais un regroupement de nounous, dans un local aménagé pour les petits de 0 à 6 ans.

Aventure, car depuis qu’elles ont eu l’idée de MAM, la première à voir le jour dans l’arrondissement, trois années se sont écoulées… « On essuie les plâtres », lâchent les jeunes femmes qui se battent pour obtenir le feu vert, ferme et définitif, du Département. « Quand on a demandé nos agréments, on avait ce projet en tête », confient Jennifer Bachelet et Virginie Terrier, assistantes maternelles à domicile depuis deux ans. Élodie Desbouvries a quant à elle renoncé à son diplôme d’auxiliaire de puériculture et à un emploi en milieu hospitalier pour rejoindre ses collègues. « Tous nos contrats étaient au courant et enthousiastes pour la MAM. Et on a déjà une liste d’attente pour les prochains ! ».

La MAM devrait ouvrir ses portes le 10 janvier : les enfants, jusqu’alors accueillis au domicile des nounous, bénéficieront des locaux rénovés de l’ancienne annexe de la maison de retraite. Peintures, création de sanitaires, de dortoirs, décorations et pose de revêtement sur le sol : le chantier a été largement piloté par les trois nounous, avec l’aide du personnel de la maison de retraite. « Les maris ont mis la main à la pâte », plaisantent les jeunes femmes qui insistent aussi sur les dons en jouets et matériel, indispensables à l’aménagement de leur local, qui leur ont été faits. « On n’aurait pas pu s’en sortir sans faire de la récup… ». Car le défi de la MAM est aussi financier : pour faire face aux charges de fonctionnement (surtout le chauffage), elles ont déjà prévu de reverser une partie de leurs indemnités d’entretien au trésorier de l’association qui gère la MAM. Les avis favorables des administrations obtenus, les nounous n’attendent plus que l’agrément final pour entrer dans le vif de leur aventure.

Contact : mammarchiennes@gmail.com ou sur facebook : Mam Aventure.

Un cadre plus strict qu’à domicile C’est un décret de juin 2010 qui fixe les grandes lignes du fonctionnement des MAM : de deux à quatre assistantes maternelles, pour accueillir jusqu’à 16 enfants. Le niveau d’exigence pour les locaux est laissé ensuite à l’appréciation des Départements, via la Protection maternelle et infantile (PMI) qui supervise les agréments. À Marchiennes, la MAM a reçu des avis favorables des commissions de sécurité et d’accessibilité et les professionnelles ont passé des entretiens individuels et collectifs. « On est plus encadrées que chez nous, explique Virginie Terrier : à la maison, on n’est pas obligées d’avoir des extincteurs ou des issues de secours. » Comme chez nounou... ....la collectivité en plus. L’avantage de la MAM est en effet de proposer un mode de garde à la fois « maternant » - chaque nounou s’occupe des enfants qui lui ont été confiés pour le change, le repas, le coucher... - mais développant aussi l’éveil et la sociabilité. Des petits ateliers thématiques devraient être mis en place dans le cadre du projet pédagogique de la MAM, basé sur les voyages et la découverte des pays. Autre axe de travail, dicté par la proximité avec la maison de retraite : l’aspect intergénérationnel.

Source : La Voix du Nord du 1 janvier 2015