Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > LES P’TITS VERTS DE T’AIR (BERGUES, 59)

LES P’TITS VERTS DE T’AIR (BERGUES, 59)

La Maison d’assistantes maternelles Bergues est la deuxième du Département

lundi 30 août 2010, par Maryvonne

Des "nounous"... comme à la maison

Ouverte en août 2010, la M.A.M semble répondre aux attentes des parents, mais aussi des professionnels qui y voient une ouverture de la profession d’assistante maternelle...

« ma mère qui a travaillé chez elle pendant 13 ans en tant qu’assistante maternelle ne viendrait pas ici, c’est certain », assure Fanette Legrand, 24 ans, assistante maternelle vivant à Hondschoote qui, elle, s’est installée en août dans la Maison d’assistantes maternelles de Bergues, école Charles-Perrault. Deux opinions différentes sur une façon de pratiquer un métier qui évolue avec le temps. Il y a une dizaine d’années, les "nounous" et autres "tatas" - comme certains enfants les appellent -, devaient jongler entre leurs propres enfants (ou petits-enfants) et ces bambins laissés par leurs parents le temps des journées de travail. Aujourd’hui, les assistantes maternelles travaillent toujours chez elles mais, depuis le passage de la loi*, peuvent aussi « rompre l’isolement » et se regrouper.

Dissocier vie familiale et vie professionnelle

A trois (et avec le soutien de partenaires dont la ville et la CAF, cf. ci-dessous), avec Caroline Ghienne, 33 ans, de Craywick et Louise Dehondt, 25 ans d’Esquelbecq, elles ont donc monté une association Les p’tits verts de t’air (cf. ci-dessous) pour assurer un interlocuteur à la ville, qui leur a mis à disposition les deux classes (sur six) de l’école Charles-Perrault laissées vacantes. « Il faut savoir se remettre en question, assure Fanette Legrand, car nous n’avons pas forcément la même pédagogie, les mêmes méthodes de travail, mais on en discute et tout se passe très bien, sourit celle qui est aussi la belle-soeur de Louise Dehondt. Cela ne remet pas en question en métier, ça l’ouvre en fait. » La jeune femme, qui était éducatrice spécialisée avant d’obtenir l’agrément d’assistante maternelle il y a un an et demi, avoue avoir également recherché un lieu de travail pour « bien dissocier ma vie familiale de ma vie professionnelle. Aussi pour offrir aux enfants un lieu dédié et adapté à leur accueil. » Une volonté commune aux trois assistantes maternelles qui se sont vite comprises. Caroline Ghienne, maman de trois enfants avoue qu’il leur est parfois difficile « de partager leur maman quand on est à domicile. » L’aîné de Fanette Legrand, 3 ans, a même « régressé parce qu’il voyait beaucoup d’enfants. Tandis que le petit a toujours vécu avec d’autres enfants, il y est habitué », poursuit la maman qui emmène à la MAM ses deux garçons. Ce lieu dédié, ce regroupement, décoré et peint par les assistantes maternelles, « plaît aussi aux parents », ajoute Caroline Ghienne. Ils viennent de Bergues, du canton, mais aussi de Dunkerque et y trouvent une alternative séduisante à la crèche et aux modes de garde traditionnels. Aujourd’hui, la MAM accueille 15 enfants, « mais nous ne pouvons pas en avoir 12 de façon simultanée. » Et même, une liste d’attente se constitue déjà, avec 5 ou 6 familles, « puisque des enfants iront à l’école dès septembre prochain. » * Loi de financement de la sécurité sociale en 2009 Claire HOHWEYER

Source : lepharedunkerquois