Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > LES P’TITS LOUPS (Fougères, 35)

LES P’TITS LOUPS (Fougères, 35)

Trois assistantes maternelles sous le même toit

mercredi 25 mai 2011, par Maryvonne

La première Maison d’assistantes maternelles d’Ille-et-Vilaine vient d’ouvrir, avenue de La Verrerie. Trois « indépendantes » ont décidé d’unir leurs forces, compétences et moyens...

Trois assistantes maternelles sous le même toit

Roselyne Romagné, Angélique Cadieu et Estelle Heuveline pourront mieux répondre aux demandes de garde atypique.

Deux pièces de vie, dont une plus calme pour la lecture, deux chambres, une salle de bain, une cuisine et une cour intérieure. Le tout de plain-pied, à deux pas de l’hôpital. La première Maison d’assistantes maternelles (Mam) du département vient d’ouvrir. Son nom : Les P’tits Loups.

« Ouf, notre projet voit enfin le jour », soupirent Roselyne Romagné, Estelle Heuveline et Angélique Cadieu. Leur regard complice en dit long sur le parcours du combattant qu’elles viennent d’endurer depuis que l’idée à germé en 2007, entre Estelle et Angélique, alors voisines. Essuyer les plâtres d’un nouveau dispositif expérimenté dans quelques départements dès 2009, et voté au parlement en juin 2010, n’est jamais simple. Lorsqu’en plus, le projet se politise dans le contexte des dernières élections cantonales, cela devient une gageure.

Pas loin de « jeter l’éponge »

Bref, de péripéties en obstacles, l’ouverture de la Mam a été reportée de plusieurs mois. Durant lesquels le loyer courait. « À trois, nous nous sommes soutenues moralement. Heureusement, sinon nous aurions jeté l’éponge depuis longtemps. »

Aujourd’hui, l’horizon s’est éclairci. Les trois ex-assistantes indépendantes, âgées de 30 à 35 ans, ne voient plus que les côtés positifs d’une telle entreprise. Pour leur vie personnelle d’abord. « Nous voulions sortir de notre domicile afin de bien séparer la vie familiale de la vie professionnelle. Pour le conjoint, par exemple, s’il travaille en horaires 2x8, la garde à domicile est très contraignante », insiste Estelle, présidente des P’tits Loups qui a opté pour la forme associative. La formule leur permet aussi de sortir de l’isolement et de profiter d’une mise en commun de leur expérience et des jeux d’éveil.

Système de délégation

Les parents-employeurs, aussi, devraient y trouver leur compte grâce à l’élargissement des plages horaires d’accueil. « Pour l’instant, nous avons chacune gardé notre emploi du temps spécifique. Mais à partir de septembre, nous appliquerons le système de la délégation. » En clair, les associées garderont indifféremment les enfants des autres. Ce qui permettra d’élargir l’accueil de 5 h à 22 h. Idéal pour les demandes de garde atypique.

L’enfant lui-même doit en profiter. « Le groupe s’est élargi de trois à neuf enfants. D’où une meilleure sociabilisation. Cela permet aussi d’organiser des activités par tranche d’âge. »

Beaucoup d’avantages qui obligent en contrepartie les trois associées à affecter une partie de leur salaire au paiement d’un loyer, avoisinant les 280 € pour chacune. Ici, contrairement à d’autres départements, aucune aide, ni municipale ni du conseil général, n’est accessible. « Peut-être quand même une prime à l’installation de 300 € par assistante, versée par la Caf ? » Et un geste du Crédit Mutuel.

Les P’tits Loups feront-ils des émules ? Probablement, dans la mesure où on attend un fort renouvellement des assistantes maternelles dans les dix années à venir, pour cause de départ à la retraite...

Jean-Loïc GUÉRIN

Source : Ouest-france du 24 mai 2011