Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > LES BISOU’NOURS (Martilly, 14)

LES BISOU’NOURS (Martilly, 14)

La maison des nounous

vendredi 21 octobre 2011, par Maryvonne

La première Maison d’assistantes maternelles (Mam) de Vire fonctionne depuis quatre mois tous les jours de 6 h 30 à 19 h. Elle a été ouverte par Dominique Bouillet, de Roullours, et Béatrice Rouyer, de Saint-Germain. Deux nounous qui devraient rapidement faire des émules.

Les Bisou’nours, la Maison d’assistantes maternelles (Mam) créée par Béatrice Rouyer, de Saint-Germain- de-Tallevende et Dominique Bouillet, de Roullours, a ouvert ses portes au 4 rue René-Legauffre à Martilly mardi 21 juin. Voici donc tout juste quatre mois.

Cette Mam, la première opérationnelle dans l’agglomération viroise et l’une des premières du Calvados, accueille huit enfants du lundi au vendredi de 6 h 30 à 19 h. Elle affiche complet et la liste d’attente est déjà longue… L’âge des enfants va de 3 mois pour Martin à 2 ans et demi pour Timéo. La Mam ne recevra d’ailleurs que des enfants n’étant pas en âge d’aller à l’école.

Béatrice Rouyer, 40 ans, et Dominique Bouillet, 50 ans, nounous depuis respectivement 9 et 8 ans, ont reçu la visite du député-maire de Vire quatre mois après l’ouverture de leur Mam.

Baptisée Les Bisou’nours, elle a été aménagée dans un pavillon de plain-pied - “Donc pas d’escaliers !” - entouré d’un grand jardin et située entre les rues menant à l’hippodrome et au stade de Martilly. Très claire et implantée dans un quartier très tranquille, la Mam se compose d’une grande pièce où se trouvent l’accueil, la cuisine et l’espace-jeu, d’un espace-lecture, d’une salle de bain et de deux dortoirs.

“Nos maris se sont aussi beaucoup impliqués” Pour l’aménager afin qu’elle réponde au mieux aux normes imposées par les pouvoirs publics et la meubler, Mmes Rouyer et Bouillet ont dû emprunter 3 000 €.

Pour le reste, les maris bricoleurs sont entrés en action pour redonner un coup de jeune à ce pavillon. Mme Bouillet explique : “Dans ce genre d’aventure, il faut bien sûr que les deux nounous soient sur la même longueur d’ondes, ce qui est le cas, mais aussi que leurs maris s’impliquent dans le projet. Grâce à eux, nous disposons des locaux dont nous rêvions”.

Mme Rouyer ajoute : “Au cours d’une conversation, nous avions constaté qu’après une dizaine d’années d’expérience, nous avions, toutes les deux envie d’exercer notre métier à l’extérieur de notre domicile pour rompre l’isolement, échanger nos expériences, bien faire la différence entre domicile et lieu de travail, exercer dans un lieu parfaitement adapté aux enfants et être complètement disponible pour eux. Nous avions alors visité la Mam de Vassy et avions été convaincues. Nous ne regrettons absolument rien, malgré les obstacles, notamment administratifs ou financiers, qu’il a fallu lever. Les parents s’y retrouvent aussi puisqu’ils obtiennent les mêmes aides que pour une assistante maternelle à domicile et que nous pouvons désormais accueillir leurs enfants de 6 h 30 à 19 h ! En réalité, ils ont quasiment deux nounous pour le prix d’une.”

Source : La Manche Libre du 20 octobre 2011 http://www.lamanchelibre.fr/actuali...