Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > HAUT COMME TROIS POMMES (Bar-Sur-Aube, 10)

HAUT COMME TROIS POMMES (Bar-Sur-Aube, 10)

Les assistantes maternelles ont leur maison

dimanche 28 août 2011, par Maryvonne

Les assistantes maternelles ont leur maison

Bar-sur-Aube- La deuxième « MAM » de l’Aube vient d’ouvrir ses portes à Fontaine dans l’ancienne maternelle. Douze enfants y sont déjà accueillis

« MAM » comme « maman » ? Non, comme « maison d’assistantes maternelles ». La deuxième de l’Aube - après Clérey - vient d’ouvrir dans le village de Fontaine (304 habitants) en lieu et place de l’ancienne maternelle qui a fermé ses portes définitivement il y a deux ans. Le malheur des uns a fait le bonheur des autres. Ainsi la perte de l’école - au profit de Baroville, puis de Bayel - s’est faite en douceur. Le mobilier avait déjà été envoyé par solidarité aux sinistrés du Var victimes d’inondations importantes. Quant aux locaux, laissés vides, une petite idée trottait dans la tête de la municipalité.

Voilà trois ans et demi que trois assistantes maternelles du secteur entendaient créer une structure où se rassembler. Le plus difficile : trouver l’endroit. Chacune travaillait jusqu’alors à domicile : Aurélie à Jaucourt, Corinne à Bar-sur-Aube et Florence à Clairvaux. Les douze enfants qu’elles gardaient chacune de leur côté - domiciliés à Morvilliers, Ville-sous-la-Ferté, Fresnay, Colombé-la-Fosse, Bar-sur-Aube et Bayel - pouvaient alors se retrouver. Pas facile de faire comprendre la démarche au tout début. Mais un projet de loi a été déposé en décembre 2009 et adopté en mai 2010 prévoyant et réglementant la création de ces maisons d’un nouveau style : les maisons d’assistantes maternelles. Ces nouvelles structures permettent de rassembler dans un seul local plusieurs assistants maternels - quatre maximum - de façon à augmenter l’offre de garde de jeunes enfants à un coût supportable pour les collectivités. Sauf que dans le cas de Fontaine, l’initiative était à l’origine privée.

Séparation domicile/travail

Petit à petit, « Haut comme trois pommes » s’est donc monté. Les membres du conseil municipal de Fontaine, tout heureux de revoir des enfants grandir dans le village, ainsi que les conjoints des assistantes maternelles ont retroussé leurs manches et ont bricolé dans les locaux pour les remettre en état. Fin août, la nouvelle maison ouvrait ses portes, elle accueille des enfants de 2 mois et demi à 5-6 ans. Les horaires d’ouverture ont été fixés : de 7 h à 18 h 30. « Pour l’instant. Après, tout dépend des contrats », assure une assistante maternelle. « Ça nous permet de faire des activités qu’on ne faisait pas à la maison », poursuit une autre, non mécontente de ne plus être isolée dans son travail. Certes, elles avaient l’habitude de se retrouver au relais d’assistantes maternelles de Bar-sur-Aube, mais désormais, le fait de travailler ensemble, va changer considérablement leur mode de fonctionnement. « Ça faisait seize ans que je travaillais chez moi. Aujourd’hui, c’est plus rassurant de travailler à trois. C’est rassurant même pour les parents », disent-elles. « Il faut oser faire le pas, oser travailler ensemble », ajoute une autre. Désormais aussi, la séparation domicile/travail est bien marquée.

« Avant, elles avaient un agrément pour garder quatre enfants maximum à domicile », dit-on du côté de la PMI (protection maternelle et infantile). « La loi est assez fraîche et nous sommes à l’écoute des projets. Ici, les conditions sont extrêmement bonnes. C’est la qualité du projet qui va nous amener à suivre ou non. » Plus souvent, les services de la PMI sont sollicités pour ouvrir des microcrèches. Un concept encore différent, lourd administrativement, accueillant dix enfants maximum. Celui de la MAM est plus léger et pourrait faire des petits.

Source : Article Lest-eclair du 2 novembre 2011