Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > BOUILLE DE FRIPOUILLE (Sainte-Maxime, 83)

BOUILLE DE FRIPOUILLE (Sainte-Maxime, 83)

Une « maison du bonheur » unique dans la région

jeudi 28 juillet 2011, par Maryvonne

Les créatrices de la maison, Sandra Chevalier et Karine Liucci (3e et 4e au premier rang en partant de la droite), ont reçu la visite des parents et des enfants dans leur « maison d’assistantes maternelles », inaugurée samedi dernier.

Deux Maximoises ont lancé un nouveau concept de « maison d’assistantes maternelles » où les enfants vivent en mini-collectivité. Découverte

Deux assistantes maternelles aux petits soins toute la journée pour les enfants dans un appartement tout neuf de 110 m2, situé près de la mer à Sainte-Maxime. Karine Liucci et Sandra Chevalier ont tenté le pari de créer la première « maison d’assistantes maternelles » en Paca.

Une idée novatrice, déjà très développée dans le nord et l’ouest de la France, qui consiste à regrouper plusieurs assistantes maternelles dans un même lieu, avec quatre enfants maximum à charge pour chacune. « Cela nous a permis de mettre nos compétences en commun et de comparer notre mode de travail. C’est très enrichissant », avoue Karine.

« Une demande très forte »

Autre atout non négligeable du concept : la vie en communauté, considérée comme un avantage en terme de socialisation pour les « minots ».

« Avant d’ouvrir, nous affichions déjà complet. La demande est très forte dans le secteur de Sainte-Maxime. La crèche, qui ne peut pas accueillir tout le monde, nous a recommandés auprès de certains parents », indiquent les deux femmes, qui peuvent accueillir au maximum huit enfants chaque jour.

Si le site a ouvert ses portes le 27 juin, l’inauguration officielle a eu lieu samedi dernier, au 26 de l’avenue du général Leclerc.

Un endroit qui offre une proximité avec la plage, le parc ou encore le manège. Des sorties fréquentes avec les enfants donc, mais aussi des activités plus traditionnelles - peinture, pâte à modeler, jeux d’eau - sont proposées du lundi au samedi entre 7 h 30 et 19 h 30.

Le tableau semble idyllique, mais avant d’arriver à cette maison du bonheur, les derniers mois des deux jeunes femmes n’ont pas toujours été un long fleuve tranquille.

« La fin d’une galère »

« C’est la fin d’une longue galère », souffle même Sandra. Car la création de cette maison d’assistantes maternelles a parfois relevé du parcours du combattant. « Il y avait tellement de tracasseries administratives, d’autorisations à obtenir... J’ai cru que nous n’y arriverions jamais », ajoute Karine. D’autant que dénicher cet appartement a été le fruit de nombreuses recherches préalables.

Côté argent, tout n’a pas été simple non plus. Les deux femmes ont en effet autofinancé leur petite entreprise. Achat de matériel, location de ce grand appartement situé à deux pas du bord de mer... Elles n’ont pas touché de salaires pendant les premiers mois.

Dans l’épreuve, les deux jeunes femmes, amies dans la vie, se sont soutenues mutuellement. Et celles qui exercent le métier de leur « rêve » débordent de motivation à l’aube de cette nouvelle aventure : « On donnera tout pour les enfants. »

yterrasse@varmatin.com

Source : article Varmatin.com

Site : http://www.bouilledefripouille.net/...