Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > AU PAYS DES MERVEILLES (Caudry, 59)

AU PAYS DES MERVEILLES (Caudry, 59)

Caudry : douze enfants et leurs nounous au « pays des merveilles »

mercredi 5 novembre 2014, par Maryvonne

Caudry : douze enfants et leurs nounous au « pays des merveilles »

Depuis le 1er octobre, rue Gambetta, nichée entre le Pôle emploi et la Mission locale, une maison d’assistantes maternelles a ouvert ses portes. Trois nounous du cru ont réuni leurs forces et les bambins dont elles ont la charge en ce lieu nouveau dans la cité de la dentelle.

« C’est vrai que je vais être dans le livre ? » Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce petit gars n’est pas déstabilisé par l’intrusion d’une journaliste chez sa nounou. Il ne l’a pas plus été par le déménagement de ses jouets et meubles familiers ni par la rencontre des autres enfants qui habitent la Maison d’assistantes maternelles « Au Pays des merveilles ». Pas une crèche, mais un lieu dans lequel des nounous décident de travailler ensemble, chacune amenant ses contrats et gardant la responsabilité de ses têtes blondes. La MAM caudrésienne peut donc accueillir au total : trois fois quatre égalent douze enfants. Et un mois après son ouverture, elle affiche complet. Le concept n’a pas effrayé les parents des petits que gardaient jusqu’alors à leur domicile caudrésien Fabienne Poulain, 46 ans, et Valérie Pluchard, 47 ans, qui exercent le métier d’assistante maternelle respectivement depuis 2006 et 2003. « On leur a expliqué notre démarche, relate Valérie, et ce que ça allait apporter en plus aux enfants. Ils ont adhéré, heureux pour nous que nous ayons un tel projet. Ils ont même participé : des parents sont venus au fur et à mesure des travaux, il y en a même qui ont donné des jouets. » De quoi aménager le « petit monde » des résidents du Pays des merveilles.

Un endroit dont la création n’a pas relevé du conte de fées, même s’il est né avec la bénédiction de la mairie. Il a fallu « beaucoup de temps, de rendez-vous avec les partenaires, contacter des MAM pour recueillir leurs expériences... » raconte Lucile Lechef, 30 ans, qui s’est chargée de cet aspect du dossier. Son nourrisson dans les bras, la jeune femme, auparavant coiffeuse et dorénavant agréée pour accueillir trois enfants, explique qu’elle s’est jointe au projet lorsqu’elle a voulu « changer de direction », en discutant avec Valérie, qui gardait son fils aîné. « J’avais déjà eu l’idée de créer une MAM il y a quelques années, embraie Fabienne, mais cela paraissait tellement compliqué de monter le dossier... »

L’union fait la force, mais il a tout de même fallu un an et demi pour aboutir à l’ouverture d’un lieu sécurisé sur 110 m2 dans les anciens locaux de la Mission locale, en centre-ville. Un nouveau chapitre pour ces nounous... et pour le petit garçon, qui, oui, est bien apparu dans « le livre ».

« Pas une concurrence » Cet été, nous vous parlions de l’ouverture d’une autre maison d’assistantes maternelles, créée celle-ci à Busigny, et qui pour le coup suscitait l’appréhension de certaines assistantes maternelles de la commune, craignant que cette nouvelle donne n’accroisse leurs difficultés. Le trio aux commandes du Pays des merveilles ne pense pas être dans le même cas de figure avec les autres nounous exerçant à Caudry. Alors, certes, « on a eu quelques échos négatifs », indique Valérie, « mais il y en a toujours qui vont râler », nuance Françoise. « Dans l’ensemble, les réactions sont positives », reprend Valérie. Dans une ville comptant déjà une crèche d’une capacité d’accueil de trente-cinq enfants, et alors que deux des trois assistantes maternelles de la MAM amènent « leurs » enfants, « on ne constitue pas une concurrence », considèrent les dames du Pays des merveilles.

MAM, mode d’emploi… Selon le « Guide du porteur de projets » élaboré par la CAF (1), la loi créant les MAM en 2010 donne la possibilité à l’assistant maternel « d’accueillir des mineurs (…) dans un local qui n’est pas (son) domicile. Ce nouveau mode d’accueil apporte deux évolutions importantes dans l’exercice du métier d’assistant maternel et dans la relation aux parents employeurs : plusieurs assistants maternels peuvent se regrouper pour accueillir les enfants dans un même local (de 2 à 4 assistants maternels, agréés chacun pour l’accueil de 4 enfants maximum), (et) la délégation d’accueil d’un enfant est rendue possible auprès des autres assistants maternels de la MAM, sans qu’elle ne fasse l’objet de rémunération. » Ce qui signifie concrètement une entraide au quotidien entre nounous, voire un renfort en cas de coup dur (maladie…). Étudier les besoins Les porteurs de projet ne peuvent pas se lancer à la légère. Avant toute chose, « le projet nécessite de respecter les étapes suivantes : connaître les besoins du territoire où l’installation de la MAM est envisagée (étude de besoins) ; rédiger un projet d’accueil pour la maison d’assistants maternels et un règlement de fonctionnement ; rechercher des locaux (et obtenir l’accord du conseil syndical si besoin) ; élaborer un budget prévisionnel afin de vérifier la faisabilité financière du projet. » Pour porter celui-ci, l’on peut profiter de l’accompagnement de la CAF, de la Protection maternelle et infantile, de la commune (notamment pour la recherche de locaux) ou encore des « associations professionnelles d’assistants maternels ». (1) Avec le conseil général du Doubs, source : www.caf.fr

Source : Article du 3 novembre 2014 la voix du nord.fr