Accueil du site > Presse > Inaugurations MAM > TOM POUCE (LIEVIN, 62)

TOM POUCE (LIEVIN, 62)

Liévin : la Maison d’assistantes maternelles Tom pouce sera inaugurée ce vendredi matin

samedi 29 juin 2013, par Maryvonne

Liévin : la Maison d’assistantes maternelles Tom pouce sera inaugurée ce vendredi matin

C’est un mode de garde encore méconnu, malgré un foisonnement de projets notamment dans la région. À Liévin, Tom Pouce est né en décembre, après plus de quatre ans de gestation, une première dans l’agglomération. Installée dans une maison de la cité Dunant, la Maison d’assistantes maternelles (MAM) sera inaugurée ce vendredi matin.

« On l’a appelée Tom Pouce, parce qu’il a fallu pousser pour que cette maison puisse ouvrir. » Avec Mireille Debuisson, Lucienne Porquet est l’une des quatre assistantes maternelles de la MAM liévinoise déjà présente à la genèse du projet.

C’était en 2008, avec la naissance de l’association Pas Z’à’Pas. Monter le projet, élaborer un budget prévisionnel, trouver un local, répondre aux normes de sécurité et d’accessibilité, exécuter les travaux… Pied à pied, l’association avance, organise des bourses de puériculture, des marchés aux puces pour se faire connaître et mettre un peu d’argent dans la corbeille. « On savait que le projet était viable mais sans subvention, ce n’était pas évident », raconte Mireille Debuisson.

À l’automne dernier, l’association jette son dévolu sur une maison de la cité Dunant. Situés à un jet de pierre du lycée Darras, le 1, rue de Solférino, et son vaste jardin seront le berceau de la MAM. Beaucoup d’huile de coude et des week-ends entiers à adapter le logement sont nécessaires pour se rapprocher de l’ouverture qui intervient finalement début décembre 2012.

Six mois après, la structure doit encore trouver une assise. « Il faut pérenniser la MAM, chaque mois, on remet quelque chose de notre poche pour le logement, confie Mireille Debuisson. Ces dépenses, ce sont des investissements reportés pour des jouets ou du matériel de puériculture. » Pas de quoi toutefois éteindre l’enthousiasme qui règne dans la MAM qui se distingue d’une crèche par l’accueil d’un nombre plus limité de bouts d’chou. Le sentiment de répondre à une demande maintient le moral à flot. Elles sont désormais quatre assistantes maternelles à accueillir douze enfants – la jauge maximale – de moins de six ans. « On savait qu’il manquait des assistantes maternelles mais aussi que les parents recherchent un mode de garde qui convient aux emplois postés notamment. Nous y étions confrontés quand on travaillait à domicile. »

Une MAM présente en effet plusieurs atouts, que l’on se trouve du côté des parents ou des assmat’. L’amplitude horaire (de 6 h à 21 h) et l’ouverture le samedi comblent les premiers. La possibilité de déléguer l’accueil permet aux nounous de proposer un tel service, lequel ne s’interrompra pendant l’été malgré les congés. « Pour les enfants, ce mode de garde en semi-collectivité est une bonne chose en terme de sociabilisation », estime Lucienne. Il paraît même que les riverains trouvent aussi leur bonheur, ajoute Mireille. « Nous avons participé à la Fête des voisins. Le retour est plutôt bon. On a amené de la petite vie dans ce quartier paisible. »

Source : Article la Voix du Nord du 27 juin 2013