Accueil du site > Presse > Inaugurations MAM > MAM LES BABYCHOUX (Villenave d’Ornon, 33)

MAM LES BABYCHOUX (Villenave d’Ornon, 33)

Ni une crèche, ni une nounou

lundi 2 juillet 2012, par Maryvonne

Ni une crèche, ni une nounou La première Maison d’assistants maternels de la commune a inauguré ses locaux le 22 juin.

Marielle Tors (au centre) inaugure les Babychoux en présence de Patrick Pujol et d’Agnès Boy. (photo m.t.)

« Question réglementation, l’exigence de la Protection maternelle et infantile (PMI) est plus élevée à l’égard des crèches que des Maisons d’assistants maternels (MAM) et c’est agaçant », réagit Agnès Boy, élue chargée de la petite enfance. Pour Marielle Tors, une des trois assistantes maternelles des Babychoux, « c’est normal, en MAM, les enfants en charge sont moins nombreux, donc les dangers moindres ».

Il y a dix jours, la première MAM de la commune, les Babychoux, fêtait son inauguration presque trois mois après son ouverture. Patrick Pujol, le maire, et Agnès Boy étaient présents. Depuis, une autre MAM a ouvert ses portes et une troisième est en cours de création. Deux crèches en 2014

Marielle Tors, Sabrina Boulanger et Chrystelle Diaz ont monté la structure. Depuis la loi du 9 juin 2010 créer une MAM est un droit. Le principe ? Des assistants maternels se réunissent dans un lieu autre que leur domicile pour garder des enfants. « C’est un mode de garde intermédiaire entre la crèche collective et la garde individuelle », explique Chrystelle Diaz. Aux Babychoux, chaque jeune femme a obtenu quatre agréments, ce qui signifie qu’elles peuvent garder quatre enfants chacune. « Les assistants maternels indépendants n’ont droit qu’à deux agréments, il y a un fonctionnement à deux vitesses », persiste Agnès Boy. « Non, répond la Protection maternelle et infantile de la Gironde qui délivre les agréments. Ce sont deux situations différentes. Par exemple, lorsqu’on est à plusieurs, on peut tout simplement se relayer alors que ce n’est pas le cas quand on est seul ».

Selon Grâce Rulier, maman d’une fillette qui fréquente cette MAM et assistante maternelle indépendante, « ces structures sont idéales pour permettre à l’enfant de se mélanger aux autres tout en lui permettant un accompagnement individuel. Les enfants ça ne ment pas et notre fille pétille ici ».

L’élue chargée de la petite enfance reconnaît que ce mode de garde correspond à un besoin dans la commune. Une quarantaine de parents attendent encore de trouver une place dans une structure pour la rentrée prochaine. Un chiffre qui gonflera dans les années à venir avec la densification de la population, due notamment à l’opération « 50 000 logements » de la CUB. Pour répondre à la demande, la halte-garderie collective de Chambéry va s’agrandir : quatre places supplémentaires. Deux établisssements verront le jour en 2014 : l’une sur le chemin de Leysotte avec 48 places et l’autre au Bourg avec 40.

Concernant les tarifs, aux Babychoux, chaque assistante maternelle paye 750 euros de charge. Sachant qu’un enfant à temps complet rapporte entre 750 et 800 euros à une assistante maternelle.

Source : Article du Sud-Ouest du 2 juillet 2012