Accueil du site > Presse > Inaugurations MAM > BULLE D’EVEIL (St Barthélémy d’Anjou, 49)

BULLE D’EVEIL (St Barthélémy d’Anjou, 49)

La Maison d’assistantes maternelles Bulle d’éveil inaugurée - Saint-Barthélemy-d’Anjou

jeudi 3 mai 2012, par Maryvonne

La Maison d’assistantes maternelles Bulle d’éveil inaugurée - Saint-Barthélemy-d’Anjou

C’est en toute simplicité que le maire, Jean-François Jeanneteau, et Agnès Tinchon, adjointe à l’enfance ont inauguré la Maison d’assistantes maternelles (Mam) Bulle d’éveil, ouverte depuis peu au 3, place Georges-Bizet, dans le quartier de la Pellerinière.

Les élus ont visité les locaux qui peuvent accueillir un maximum de treize enfants de 6 mois à 3 ans. C’est grâce à l’action de Sylvie Joulain, responsable du logement au CCAS que cette maison d’habitation, à présent aménagée selon les normes, a pu être attribuée aux quatre assistantes maternelles qui y travaillent.

Le maire a dit sa satisfaction « de voir se compléter l’offre d’accueil de la petite enfance sur la commune », avec cette structure qui s’ajoute à la Maison de l’enfance et à la crèche parentale Pigeon-Vole. Une offre qui va encore se diversifier à l’avenir, a ajouté Agnès Tinchon : « Un projet de crèche d’entreprise sur la Zac est dans les cartons. » Et, à plus long terme, une crèche bilingue pourrait voir le jour.

Source : Ouest france mai 2012

Elles sont trois assistantes maternelles à avoir franchi le pas. Une quatrième va les rejoindre, dès sa formation terminée pour l’obtention de l’agrément. Cindy, Tatiana et Virginie se regroupent pour exercer leur activité professionnelle au sein d’une Mam (maison d’assistantes maternelle) qu’elles ont baptisée « Bulle d’éveil ». Cette maison se trouve à l’exacte limite entre Saint-Barthélemy et Trélazé, au 46, rue de la Pellerinière, et va être visitée par un médecin de la Protection maternelle infantile (PMI) le 26 janvier 2012. Elle sera opérationnelle courant février. Quand l’équipe sera au complet (4 assistantes), ce seront quinze enfants (maximum) de 2 mois à 4 ans qui pourront y être accueillis « dans un lieu qui va leur être complètement dédié », expliquent les jeunes femmes.

Ce regroupement n’offre à leurs yeux que des avantages : « Il est plus agréable de ne pas travailler en solitaire, et de bien séparer vie de famille et vie professionnelle. » Les enfants tireront le meilleur profit des activités préparées pour eux et seront dans de meilleures conditions de socialisation. « Et les parents seront associés à la vie de la Maison », notamment pour d’éventuelles participations à des manifestations festives.

L’ouverture d’une structure associative de cette nature a un coût : location de la maison, électricité, gaz, repas... Et nécessite un investissement financier que le quatuor tente d’atténuer : « Nous acceptons les dons en ce qui concerne le matériel et l’équipement » lits en bois, petites chaises, jeux... « Nous serons de toute façon prêtes en février. »

Contacts : Cindy : 06 36 93 29 18 ; Virginie 02 44 01 04 83. Source : Ouest-France 23 décembre 2011