Accueil du site > Presse > Projets MAM > POMME D’API (PLOEZAL, 22)

POMME D’API (PLOEZAL, 22)

Une maison des assistantes maternelles en projet - Ploëzal

lundi 12 mars 2012, par Maryvonne

Une maison des assistantes maternelles en projet - Ploëzal

Une nouvelle asso

La création d’une maison des assistantes maternelles est en projet à Ploëzal. Elle est portée par l’association Pomme d’Api qui vient de voir de jour à l’initiative de Sandrine Cosson Le Guern, Sandrine Fléjou, Françoise Jégou et Christine Le Souder, toutes les quatre assistantes maternelles résidant à Ploëzal. Elles ont présenté, samedi, leur démarche lors d’une réunion à la mairie en présence du maire Guy Connan et de Chantal Hernault représentant Vincent Le Meaux conseiller général.

L’objectif du projet

Elles ont lancé ce projet afin de pouvoir pratiquer des horaires adaptés du lundi au samedi inclus, professionnaliser leur métier, dissocier la vie professionnelle de la vie de famille, rompre l’isolement, mettre leurs compétences et leurs idées en commun, perpétrer un accueil familial et convivial comme à domicile, répondre aux besoins de la commune sur cette forme d’accueil, assurer aux parents un accueil permanent de l’enfant dans l’hypothèse d’une absence imprévue de l’assistante maternelle (maladie par exemple), tout en étant complémentaire au relais assistantes maternelles du Trieux de Pontrieux communauté.

La situation actuelle

Quarante-six assistantes maternelles exercent sur le territoire de Pontrieux communauté dont une dizaine dans la commune de Ploëzal. Les enfants en garde sont en majorité du territoire communautaire mais aussi des communes environnantes.

Selon le maire, qui est favorable à ce projet : « Actuellement la commune n’a ni les moyens financiers, ni de local disponible pour accueillir une telle structure ». Il précise par ailleurs : « Le projet est présenté à Pontrieux communauté qui détient la compétence petite enfance et une réflexion va être menée sans préjuger pour l’instant des suites qui lui seront réservées ».

Source : Ouest-France du 12 Mars 2012