Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > NID D’ANGES (PLENEE JUGON, 22)

NID D’ANGES (PLENEE JUGON, 22)

Nid d’anges, la maison d’assistantes maternelles devient réalité

mercredi 4 février 2015, par Maryvonne

Nid d’anges, la maison d’assistantes maternelles devient réalité

Naël, Lowen, Owen, Lorys, Andréa, Samya et Lisa, ici entourés de leurs « nounous », Audrey Robert, Alisson et Yona Rebours, ont déjà pris leurs marques au sein de la maison d’assistantes maternelles, rue du Général-de-Gaulle

L’initiative

Les services à la petite enfance n’ont jamais été aussi fournis dans la commune. Six mois à peine après la mise en service de la microcrèche communautaire, une maison d’assistantes maternelles (Mam) ouvre ses portes rue du Général-de-Gaulle, avec à la clé une dizaine de places d’accueil pour les enfants de 0-3 ans. Une initiative privée qui semble avoir de beaux jours devant elle. Visite guidée.

Vu de l’extérieur les lieux n’ont pas beaucoup changé. L’ancienne gendarmerie, délaissée par les militaires depuis une petite dizaine d’années, a néanmoins visiblement subi une cure de rajeunissement. C’est ici qu’a ouvert, lundi, la Mam Nid d’anges. Une rampe a bien été aménagée en façade, mais la véritable révolution est à l’intérieur. Passé un espace sécurisé, on entre dans le lieu de vie, tout dédié à l’épanouissement des enfants. Il faut dire que les deux soeurs, Alisson et Yona Rebours, et Audrey Robert, les trois Plénéennes à l’origine de ce service, ont mis beaucoup d’énergie et de coeur à faire revivre les lieux.

« On prend encore nos marques », sourit Alisson, l’aînée de ce trio d’à peine 25 ans de moyenne d’âge.

Trois assistantes aux commandes

Il y a un an et demi, les trois jeunes femmes se sont lancées dans les démarches nécessaires à la création de leur association. « J’étais assistante maternelle à domicile depuis 2012. Yona faisait sa demande d’agrément. » Audrey, jusqu’à ces dernières semaines, était animatrice du centre de loisirs et des temps d’activités périscolaires (Tap). « Finalement c’est la recherche d’un local adapté qui nous a pris le plus de temps. La mairie nous a été précieuse », retient Alisson.

Le projet a été validé par les services de la Protection maternelle et infantile (PMI).

Une cellule transformée... en salle de sieste

Nid d’anges bénéficie de 101 m2 de locaux totalement réhabilités et loués à la mairie par les trois assistantes maternelles : des espaces entièrement voués à l’éveil des enfants ou à leur repos. Les repas sont préparés sur place.

Une ancienne cellule de dégrisement s’est agrandie sur un bureau des militaires, pour devenir une douillette salle de sieste ! Pour l’heure, la Mam affiche complet et accueille les enfants sur un créneau de 6 h 30 à 19 h.

« Et nous nous adaptons en fonction des contrats en acceptant des horaires atypiques comme le week-end », souligne Alisson Rebours.

Nid d’anges, tél. 02 96 31 45 47.

Source : Article Ouest-France du 4 février 2015