Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > MAM DAME TARTINE (ST ANDRE DE CUBZAC, 33)

MAM DAME TARTINE (ST ANDRE DE CUBZAC, 33)

Un nouveau lieu d’accueil pour les bambins

mercredi 8 octobre 2014, par Maryvonne

Un nouveau lieu d’accueil pour les bambins

petite enfance Sylvie Even et Véronique Corre viennent d’ouvrir Dame Tartine : un mode de garde privé

Depuis mercredi dernier, une deuxième Maison d’assistantes maternelles (MAM) vient d’ouvrir ses portes à Saint-André au 740 chemin de l’Estalot, un lieu calme et entourée de verdure. À mi-chemin entre la crèche et l’assistante maternelle, ce mode de garde privé, nouveau concept créé en 2010, reçoit au maximum huit enfants de moins de 3 ans dans un lieu mis aux normes.

Les deux associées dans ce projet privé, Sylvie Even, qui habite Berson, et Véronique Corre, de Saint-Laurent-d’Arce, ont toutes les deux reçues les formations nécessaires. « J’ai mon diplôme d’auxiliaire de puériculture, précise Véronique et j’ai travaillé seize ans dans une crèche de Bordeaux ». Sylvie, pour sa part, termine actuellement sa formation d’assistante maternelle. « Nous avions depuis quelque temps le désir de créer notre propre structure dans le domaine des jeunes enfants et nous avons eu l’idée de monter une maison d’assistantes maternelles à Saint- André car nous aimons bien cette commune, il y existe un bon potentiel ».

Après quelques recherches, elles ont eu la chance de trouver une maison toute neuve à louer, avec un beau jardin, et dans un endroit permettant d’effectuer de belles promenades en toute sécurité.

Nom alléchant

Elles ont rapidement effectué les aménagements nécessaires et malgré quelques difficultés administratives l’ouverture a pu se faire normalement. Avec un joli nom alléchant, Dame tartine, une grande pièce de vie remplie de jouets pour les activités, deux chambres, un bureau, un coin cuisine et une salle de change, rien ne manque pour que les enfants s’y sentent bien et passent de bonnes journées.

P. C.

Site Internet : www.mam-dametartine.fr

Source : Article du Sud-Ouest du 7 octobre 2014