Accueil du site > Presse > Projets MAM > MAISON D’ASSISTANTES MATERNELLES (BROUALAN, 35)

MAISON D’ASSISTANTES MATERNELLES (BROUALAN, 35)

Le projet de maison d’assistantes maternelles en souffrance - Broualan

vendredi 4 novembre 2011, par Maryvonne

Le projet de maison d’assistantes maternelles en souffrance - Broualan

Chantal Chausse, Céline Matisse et Annie Gautrais sont trois assistantes maternelles agréées qui travaillent sur Broualan. En octobre 2010, elles ont déposé un dossier au conseil général, pour constituer une maison maternelle dans cette commune.

Jusqu’à ce jour, elles ont reçu peu de nouvelles. « Notre projet est toujours d’actualité, ce qui nous surprend un peu, c’est qu’une maison du même type que nous avons visité s’est ouverte à Fougères, sans que cela pose problème. Le centre d’agrément est le même pour tous, mais nous n’avons pas eu sa visite », précisent les demandeuses.

Projet fiable

« Nous avons été reçues au deuxième trimestre par un conseiller général pour exposer notre projet. Nous attendons toujours une réponse, et le référentiel qui devait nous être envoyé pour la conformité des locaux ne nous est pas parvenu ». Les trois assistantes savent leur projet fiable.

De nombreux parents attendent la réalisation de cette entreprise, qui permettrait un véritable travail d’équipe. « Chacune d’entre nous a un agrément, travailler au même endroit permet de se concerter, d’échanger nos expériences. Le travail en groupe est toujours avantageux. Une maison commune permettrait aux parents une certaine souplesse dans les horaires et pour l’accueil », argumente Chantal Chausse.

Ce projet ne demande aucune aide financière, les assistantes maternelles assument totalement cette entreprise. « Ce qui est possible dans une ville, peut l’être aussi dans une petite commune rurale. Ce nouveau service est un plus pour notre commune ». Le conseil général a expliqué dans un courrier datant de quelques mois, que du personnel serait mis en place pour traiter des dossiers de ce type. Affaire à suivre.

Source : Ouest-France du 4 novembre 2011