Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > LES P’TITS MARMAILLES (L’ETANG SALE, 974)

LES P’TITS MARMAILLES (L’ETANG SALE, 974)

La Maison d’Assistants Maternels Les Ptits Marmailles 974 inaugurée à Etang Salé les Hauts - 9 octobre 2014

jeudi 9 octobre 2014, par Maryvonne

La Maison d’Assistants Maternels Les Ptits Marmailles 974 inaugurée à Etang Salé les Hauts - 9 octobre 2014

C’est au 22, avenue Raymond Barre à Etang Salé les Hauts que la villa accueillant la Maison d’Assistantes Maternelles « P’tits marmailles 974 » a ouvert ses portes.

1ère MAM de la commune sudiste et la 6ème de l’île, elle propose 16 places pour des enfants de 2 mois à 3 ans. Agatha, Lise-May, Nina et Emmanuella sont les quatre assistantes maternelles agréées par le Conseil Général qui ont, ensemble, décidé de se lancer dans cette belle aventure. Ouverte du lundi au vendredi de 7h00 à 19h00, ce projet répond à une forte demande des parents qui, travaillant, ne peuvent pas récupérer leurs bambins aux horaires habituels des autres structures d’accueil existantes.

Avec près de 14 000 naissances par an, des besoins de plus en plus importants en matière de garde d’enfants se font ressentir. Plus de 9000 places d’accueil, tous modes de garde confondus, sont offertes à La Réunion mais restent inférieures à la moyenne nationale.

Des mesures nouvelles en faveur de l’enfance ont été prises avec notamment la création de Maisons d’Assistants Maternels (MAM) permettant de fédérer des assistantes maternelles et d’accueillir plus d’enfants. Très plébiscitées, ces structures permettent une mise en commun de compétences et de savoir-être dans un lieu parfaitement sécurisé. L’objectif de la Collectivité est qu’une vingtaine de Maisons d’Assistants Maternels soit ouverte ou sur les rails d’ici la fin 2015.

Source : www.cg974

Malgré un démarrage en douceur, les Maisons d’assistantes maternelles séduisent de plus en plus les professionnels et les parents grâce à la souplesse de leurs horaires. Une vingtaine de ces maisons devraient voir le jour d’ici fin 2015. Garde d’enfants

À mi-chemin entre la crèche et les assistantes maternelles, les maisons d’assistantes maternelles (MAM) sont peut-être l’avenir de la profession. La cinquième structure a été inaugurée, hier, à l’Étang-Salé, par la présidente du Département, Nassimah Dindar. Une quinzaine d’autres devraient suivre "d’ici la fin de la mandature" dont au moins trois dans le Sud. Ce n’est pas encore l’euphorie mais ce nouveau mode de garde ne tardera sans doute pas à se développer.

"C’est l’avenir de notre profession", s’enthousiasme même Agathe Payet, l’une des fondatrices de "Les p’tits marmailles" à l’Etang-Salé. Ouverte en septembre, cette structure s’occupe de 16 enfants et en compte déjà autant en liste d’attente. "Ces Maisons nous permettent de ne plus travailler seule à notre domicile, poursuit Agathe Payet. Il y a aussi une meilleure reconnaissance de notre métier par les parents. Nous pouvons faire davantage d’activités aux enfants et surtout, nous avons des horaires d’ouverture plus larges". Leur MAM est ainsi ouverte de 7 h à 19 h.

Si elles séduisent parents, enfants et professionnels, les MAM sont pourtant compliqués à créer. "Beaucoup d’assistantes maternelles abandonnent devant les difficultés", reconnaît le docteur Jean-François Chane Ching, médecin de la Protection maternelle infantile. "Il est difficile de trouver un local adapté à la garde d’enfants. Il faut aussi avoir suffisamment de trésorerie pour payer le loyer pendant les mois précédant l’ouverture".

UN INVESTISSEMENT CONSÉQUENT

Les quatre assistantes maternelles associées à l’Étang-Salé ont mis 11 mois pour créer leur structure. Chacune d’entre elles a déboursé 1 500 euros et elles ont contracté un prêt de 5 000 euros. Elles auraient pu dépenser encore plus si leur propriétaire ne s’était pas montré généreux. "Nous avons eu de la chance car notre propriétaire a accepté de prendre en charge une partie des travaux de mise aux normes et ne nous a pas fait payer de loyer avant notre ouverture, confie Agathe Payet. Les principaux obstacles qu’on a dû franchir sont les multiples démarches administratives à accomplir pour obtenir toutes les autorisations". Conscient de ces difficultés, le Département a mis en place une aide technique et financière pour permettre aux assistantes maternelles de créer leur structure. "Nous proposons une première visite du local pour nous assurer qu’il peut recevoir des enfants. Nous travaillons ensuite avec un ingénieur qui estime le prix des travaux", détaille le médecin-chef de la PMI. Le Département offre enfin 4 000 euros à l’installation.

Si ces Maisons d’assistantes maternelles ne sont pas "le futur mais représentent un outil intéressant pour que les assistantes maternelles ne travaillent plus seules", selon le docteur Chane Ching, elles sont en tout cas très prisées des parents. "Si nous voulons créer des MAM, il faut faire des efforts, souligne Nassimah Dindar. Avant la mise en place de nos aides, on n’en voyait pas. C’est pour ça qu’on a mis en place notre dispositif."

SourceClicanoo.re le journal de l’Ile de la Réunion

Documents joints