Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > LES MARY POPPINS (Saint-Jean-d’Angély, 17)

LES MARY POPPINS (Saint-Jean-d’Angély, 17)

Les Mary Poppins, une équipe soudée

dimanche 13 février 2011, par Maryvonne

Les Mary Poppins viennent de créer à Saint-Jean-d’Angély la première maison d’assistantes maternelles en Charente-Maritime.

Jocelyne Dabout, Florence Perry et Dominique Navarre accueillaient huit enfants, vendredi dernier. Photo Bernard Maingot

Elles s’appellent Pauline, Léane, Jade, Lucile, Lisa… ou encore Merlin pour le petit garçon présent, ce vendredi, à la Maison des assistantes maternelles (MAM), au 3, rue François et Chasta-Moinet. Une garderie ouverte, lundi 14 février, la première du genre en Charente-Maritime, située en face de Croque-Soleil, la halte-garderie dépendant de la communauté de communes.

La MAM, qui accueille les enfants de deux mois et demi à 3 ans, c’est la concrétisation du projet de trois assistantes maternelles qui se connaissaient depuis quatre ans. Voici un an, elles ont créé l’association d’assistantes maternelles agréées Mary Poppins.

La présidente, Jocelyne Dabout, vingt-cinq ans d’expérience, avait déjà mis en place une garderie analogue à Alençon (Orne). La secrétaire, Florence Perry, est agréée depuis six ans et Dominique Navarre, trésorière, exerce depuis seize ans. Une bande de copines, devenues complices, a formé une équipe soudée pour un projet osé : accueillir les bébés des mamans qui reprennent le travail au sortir du congé de maternité, de six heures du matin à 22 heures le soir. « Nous avions les mêmes objectifs pour des gardes d’enfants jusqu’à trois ans, difficiles à trouver pour les parents très intéressés par ces horaires spécifiques, tôt le matin ou tard le soir. Nous avons travaillé pendant un an sur ce projet en recherchant la qualité de l’accueil, dans des locaux uniquement réservés aux enfants, ce qui permet aussi un apprentissage de la vie en collectivité. Le travail ici est très différent de la garde à la maison. C’est comme si nous allions travailler en entreprise : le travail est uniquement consacré aux enfants et ne compte pas les tâches personnelles du domicile. » Tout a été refait aux normes

Ainsi, les Mary Poppins peuvent accueillir jusqu’à 12 enfants en simultané, avec des lits suffisants, répartis dans trois chambres (coin-repos bébés, moyens et grands enfants de 3 ans), avec salle de bain transformée en pièce pour changer les bébés, salle à manger devenue salle de jeux et coin repas (que les parents apportent), toilettes, pièce d’accueil des parents et garage - dont le propriétaire séduit par ce projet novateur a refait l’isolation - transformé en une nouvelle salle de jeux pour les grands de trois ans.

« La maison est sécurisée, le jardin clos, tout a été refait aux normes par le propriétaire et une ligne de téléphone fixe sera prochainement en service. Nous faisons des ateliers d’éveil et créatifs ». Car les assistantes maternelles ont plusieurs cordes à leur arc : Jocelyne assure la musique, la guitare et les maracasses ; la spécialité dessin est assurée par Dominique et Florence excelle dans le rôle du clown. « Ici, il n’y a pas de télé ! Nous faisons également des sorties quand il fait beau et les tout-petits découvrent les feuilles, les fleurs… »

Les Mary Poppins ont trouvé des partenaires à la création. Ainsi, le centre hospitalier, qui contribue financièrement par une convention de prestation, a quatre places réservées pour les enfants du personnel ; le centre Leclerc a fourni gracieusement des extincteurs, la CdC a voté une aide au démarrage (près de 4 000 euros). « Mais nous devons absolument trouver d’autres partenaires, car si nous sommes les salariés des parents, nous devons assurer le loyer, les charges d’électricité, d’eau, contribuer aux charges d’amélioration de la maison et aux frais d’entretien. S’il en manque, nous prenons sur notre salaire. Il est alors facile de gagner moins qu’avant. Nous allons donc solliciter les Conseils général et régional… ».

Les Mary Poppins : Jocelyne Dabout, présidente aux 05 46 33 98 23 et 06 73 57 88 04.

Source : Sud-Ouest