Accueil du site > Presse > Projets MAM > LA MAM DES PETIT HIBOUX CHOU (02)

LA MAM DES PETIT HIBOUX CHOU (02)

Une maison d’assistantes maternelles en projet

lundi 7 octobre 2013, par Maryvonne

Mélanie et Loeticia souhaitent ouvrir une maison d’assistantes maternelles à Frières-Faillouël, la Mam des petits hiboux’chou. Un rêve en forme de défi !

Une maison d’assistantes maternelles en projet

Mélanie et Loeticia souhaitent ouvrir une maison d’assistantes maternelles à Frières-Faillouël, la Mam des petits hiboux’chou. Un rêve en forme de défi !

« Une bataille administrative. » Mélanie Gaevski, 27 ans et Loeticia Brisset, 42 ans, se sont lancées dans un défi qui ressemble à un exploit : ouvrir la Mam des petits hiboux’chou, une maison d’assistantes maternelles en Pays chaunois. Mis en route par la loi du 9 juin 2010, le dispositif MAM n’arrive pas à se mettre en place dans l’Aisne. En France, l’Association nationale de regroupements d’associations de maisons d’assistantes maternelles en a recensé 556 en activité et 772 sur le point d’ouvrir. Dans l’Aisne, aucune n’a vu le jour pour l’instant. Et seules trois projets sont en cours : à Saint-Simon, Saint-Quentin et à La Ville-aux-Bois-lès-Pontavert. Dans l’Oise, douze MAM ont été créées ou sont sur le point de l’être. Pour Mélanie (Ognes), son projet remonte à juin 2012. Vendeuse à domicile indépendante pour Cie’Kid, (chaussures et chaussons pour les premiers âges), en faisant des recherches sur la petite enfance, elle va découvrir le dispositif des MAM. « Après avoir obtenu mon BTS en management, mon but était de créer une entreprise ou autre chose », explique-t-elle. Après un an passé à glaner des renseignements, elle va proposer à sa tante Loeticia, assistante maternelle à Frières, de faire partie de l’aventure. L’opportunité pour cette dernière de continuer à faire son métier dans une structure plus adaptée.

Le maire favorable

Depuis mars, elles ont multiplié les rendez-vous pour monter leur dossier : Famille enfance et réseaux sociaux, Direction prévention et action sociale, CAF, Relais d’assistantes maternelles à Vouël… Un vrai parcours du combattant avec ses hauts et ses bas. « Heureusement, en famille on peut se soutenir mutuellement », commentent Mélanie et Loeticia. Et d’ajouter : « On ne nous encourage pas à monter notre projet. » Difficultés à voir de visu les interlocuteurs, multiplications des intermédiaires, jusqu’aux discours contradictoires, pessimistes et presque discriminatoires sur le manque de moyens des Chaunois et le chômage élevé, les embûches sont nombreuses pour les deux femmes. Pour autant, elles ont décidé de continuer. En mai, elles ont mis en ligne ou distribué un questionnaire pour faire une étude de marché sur les besoins réels d’accueil d’enfants à Frières et au-delà. Il leur faut trouver 15 contacts potentiels au minimum. « Sans le retour des questionnaires, on ne peut pas avancer. Nous avons cinq réponses pour le moment. Les gens connaissent les micro-crèches, mais pas les maisons d’assistantes maternelles », avance Loeticia. Avec les grandes vacances, les retours de questionnaire se sont raréfiés. Le moral était au plus bas. Mais il y a quinze jour, il est remonté. Contre l’avis de certains organismes, elles sont allées taper à la porte du maire qui les a reçues tout de suite. « C’est une excellente idée. A titre personnel, je suis tout à fait volontaire pour implanter cette unité dans la commune. Il faudra trouver les financements. Mais il y a un réel besoin de nourrices agréées. Beaucoup d’habitants sont bloqués, notamment par des problèmes d’horaires », explique Charles-Edouard Law de Lauriston, le maire. Après avoir proposé plusieurs locaux potentiels, aucun n’a été retenu, trop petits ou mal adaptés pour des très jeunes enfants. Du coup, le projet pourrait s’orienter vers la construction d’un nouvel équipement, dont la décision reviendra à la prochaine mandature. Quoi qu’il en soit, le premier magistrat de la commune se veut confiant, en souhaitant un montage financier solide. « On va trouver une solution, avec l’aide du conseil général. Il pourrait peut-être financer le fonctionnement, mais pas la construction », avance-t-il.

Les personnes intéressées peuvent se rendre sur le site mamhibouxchou.wordpress.com/author/mamhibouxchou/ ou sur la page facebook Projet : Mam des petits hiboux’chou

Source : L’Aisnenouvelle.fr du 7 octobre 2013