Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > LA MAISON ENCHANTEE (PECHBONNIEU, 31)

LA MAISON ENCHANTEE (PECHBONNIEU, 31)

Assistantes maternelles : une maison enchantée

mercredi 9 juillet 2014, par Maryvonne

Assistantes maternelles : une maison enchantée

La première Maison d’Assistantes Maternelles de Pechbonnieu et de la Communauté des Communes des Coteaux Bellevue a été inaugurée en présence de Sabine Geil-Gomez, maire et présidente de l’intercommunalité, Virginie Bacco, maire adjointe, et Claude Marin, maire de Saint-Loup-Cammas. La MAM peut accueillir jusqu’à 12 enfants de 0-3 ans. Voilà plus d’un an et demi, que Jessica (Saint-Loup-Cammas), Louisa et Armelle (Pechbonnieu) ont un projet : mettre en commun leurs acquis et leurs compétences en tant qu’assistantes maternelles pour créer un mode d’accueil offrant aux parents une alternative entre l’assistance maternelle à domicile et l’établissement d’accueil de jeunes enfants du type crèche. De plus, une très large plage horaire est proposée. C’est un avantage pour elles également de ne plus empiéter sur leur vie privée grâce à cet espace professionnel dédié. C’est donc à l’issue de longues démarches parfois complexes, que Jessica et Armelle ont décidé d’investir dans l’achat d’une maison. Il a fallu ensuite se retrousser les manches pour transformer les lieux en un petit cocon accueillant et chaleureux, tout en respectant le cahier des charges des normes de sécurité exigées.

Le résultat est là : une grande pièce lumineuse agrémentée de fresques naïves et colorées regroupant divers espaces de jeu et activités d’éveil avec une cuisine ouverte ; trois chambres de quatre lits chacune, une salle de change, un jardin extérieur aménagé et sécurisé. L’enfant peut s’épanouir et grandir librement, car tout y est consacré à son éveil, à son développement. Inutile de vous dire que nos trois assistantes maternelles n’ont pas eu besoin de publicité pour afficher complet !

« MAM enchantée » 2, Impasse de Lisbonne, 31140 Pechbonnieu. Tél. : 0 699 031 435 ou 0 621 240 634

Source : La Dépêche.fr du 9 juillet 2014