Accueil du site > Presse > Projets MAM > L’ILE Ô BAMBINS (ORTHEZ, 64)

L’ILE Ô BAMBINS (ORTHEZ, 64)

L’Île ô bambins va émerger rue Lapeyrère

dimanche 9 janvier 2011, par Maryvonne

Quatre professionnelles se sont regroupées pour ouvrir une maison d’assistantes maternelles, d’une capacité d’accueil de 12 places, d’ici deux à trois mois.

Christine Carratié (à gauche) et Sandra Austruy (à droite), deux des quatre professionnelles de la future maison des assistantes maternelles, sont confiantes pour leur projet. Photo A. C.

Ce sera l’une des premières maisons d’assistantes maternelles à voir le jour dans la région, depuis la promulgation de la loi du 9 juin 2010, qui reconnaît ces structures, en inscrivant dans le Code de l’action sociale et des familles, les dispositions applicables. L’Île ô bambins, d’une capacité d’accueil de 12 places, devrait en effet émerger « d’ici deux à trois mois », au nu- méro 84 de la rue Lapeyrère, non loin du stade municipal. Le dossier est entre les mains de la PMI (protection maternelle et infantile) qui dispose de trois mois pour donner son feu vert.

Enfants handicapés

À l’origine de ce regroupement, quatre professionnelles de la petite enfance, cumulant trois à vingt ans d’expérience professionnelle : Sandra Austruy, Christine Carratié, Sylvie Bricnet et Mélanie Larrieu, éducatrice spécialisée dans l’enfant porteur de handicap. Originaires de Baigts-de-Béarn, d’Orthez et de Sallespisse, elles se sont connues via le Relais d’assistantes maternelles de la CCCO, ou la crèche les Canaillous d’Orthez.

« Le projet est né d’une envie de travailler en équipe, explique Sandra Austruy, qui préside l’association l’Île ô bambins. Quand on garde des enfants chez soi, on est un peu isolé. On voulait s’épanouir dans notre travail et partager des expériences. »

Comme pouvoir s’occuper de jeunes enfants porteurs de handicaps. Pour cela, Mélanie Larrieu, éducatrice spécialisée, apportera un plus précieux à la structure. « Nous pourrons accueillir des enfants handicapés dans les meilleures conditions, reprend la présidente : pour nous, c’est aussi un élément qui va nous faire évoluer dans notre travail. Nous sommes toutes motivées à l’idée d’accueillir ces enfants. »

Horaires élargis

Autre particularité de la maison d’assistantes maternelles : l’amplitude des horaires d’ouverture, de 6 h 15 à 21 h 30. « Ce qui manque souvent, ce sont ces horaires atypiques », glisse Sandra Austruy.

Mais l’Île ô bambins représente également des avantages pour les quatre professionnelles. « Le fait de travailler ensemble, va également nous permettre de pouvoir dégager du temps pour partir en formation », reprend Sandra Austruy.

Enfin, travailler en maison d’assistantes maternelles devrait également permettre d’avoir une meilleure lisibilité, au niveau du travail. « Parfois, on joue au yo-yo avec les contrats. On espère, en travaillant en maison d’assistantes maternelles, avoir des contrats plus régulièrement et travailler plus sereinement. »

En attendant le feu vert à leur dossier, les quatre assistantes maternelles ont trouvé un local où jeter l’ancre, rue Lapeyrère. Elles sont locataires d’une grande maison de plain-pied de 150 m² avec jardin, dans laquelle les enfants pourront évoluer en toute sécurité.

Elles ont dû repenser l’agencement de la structure : la maison comportera une pièce de 20 m² pour les petits, qui sera séparée par une barrière de la pièce dédiée aux plus grands (26 m²). Pour le couchage, la maison dispose de trois chambres de deux lits, et de deux chambres de trois lits.

Évidemment, penser les plans et monter le dossier n’a pas été une partie facile. Depuis environ un an que le projet est sur les rails, les quatre associées ont dû monter un projet pédagogique, un projet d’accueil, établir un règlement intérieur et une charte, trouver un local et établir tout un projet d’aménagement, avec des plans détaillés, lister le matériel dont elles avaient besoin. « Chaque clause du règlement a fait l’objet d’une discussion à quatre, indique Sandra Austruy. Mais c’est nécessaire : il faut qu’une fois ouverte, la structure soit viable et puisse fonctionner correctement. »

Contacts : Christine, 59 67 89 78 ; Sandra, 05 59 65 30 86 ; Mélanie, 06 82 58 80 48 ; Sylvie, 05 59 65 14 56.

Orthez · Baigts-de-Béarn · Pyrénées-Atlantique

Source :le Sud-Ouest du 9 janvier 2011