Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > ILOT AUX CALINS (Santec, 29)

ILOT AUX CALINS (Santec, 29)

Garde d’enfants. L’Îlot Câlin, une première en Finistère

lundi 23 août 2010, par Maryvonne

Les exigences du monde du travail contraignent de plus en plus les parents d’enfants en bas âge à rechercher des accueils de plus en plus atypiques, voire ponctuels, tôt le matin ou tard le soir, mais il est toujours très difficile pour eux de trouver un mode de garde adapté à leurs enfants. Aussi, Danielle Michel et Marie-Agnès Cabioch ont décidé d’ouvrir une maison d’assistantes maternelles (Mam), au n°86 de l’impasse Mer et Soleil (près de la salle omnisports). À mi-chemin entre la crèche et l’accueil à domicile, la maison d’assistantes maternelles, nommée « Îlot Câlin », fonctionne en mode associatif, et est conçue pour accueillir une petite dizaine d’enfants.

L’appui d’entreprises locales

Ce nouveau dispositif a déjà été expérimenté en Mayenne, et il a pour principe de regrouper dans un même lieu plusieurs assistantes maternelles et leurs enfants à charge respectifs, jusqu’à 3 ans, voire même plus âgés. Les assistantes maternelles ont reçu l’appui d’entreprises de Saint-Pol-de-Léon qui souhaitent offrir un mode de garde adapté à leurs salariés. Les deux assistantes maternelles, Danielle Michel, présidente de l’association, et Marie-Agnès Cabioch, secrétaire, porteuses du projet, seront bientôt rejointes par une troisième assistante, qui est, pour l’instant, en attente de son agrément.

Premiers pas vers la vie en communauté

La maison, louée par les assistantes maternelles, a été entièrement aménagée au service des enfants. « La Mamva nous permettre de travailler avec d’autres assistantes maternelles, surtout en période hivernale où le temps pluvieux et venteux ne permet pas de sortir les enfants », confie Marie-Agnès Cabioch. « Les enfants seront regroupés pour des jeux adaptés à leur âge ». C’est un premier pas vers la vie en communauté avant l’entrée en école maternelle.

Améliorations des conditions de travail

Danielle Michel, initiatrice du projet, espère aussi une amélioration de ses conditions de travail : « L’îlot Câlin va m’aider à réserver totalement mon domicile à la vie privée. La délégation d’accueil d’enfants va aussi nous permettre d’améliorer les horaires. À l’heure actuelle, on peut travailler jusqu’à 55 ou 60heures par semaine ».

Source : Le Télégramme.com