Accueil du site > Presse > Ouvertures MAM > 1, 2, 3 Soleil (Mont de Marsan, 40)

1, 2, 3 Soleil (Mont de Marsan, 40)

Le nouveau nid des tout-petits ouvre lundi

lundi 27 juin 2011, par Maryvonne

Mont-de-Marsan Le nouveau nid des tout-petits ouvre lundi La 1re maison d’assistantes maternelles du département, née du regroupement de trois professionnelles, voit le jour à l’entrée est de la ville.

La maison d’assistantes maternelles 1, 2, 3 soleil dispose d’une aire de jeux de 600 m² clôturés, où les enfants trouvent tout un arsenal de jeux. Photo Léo Sourigues

C’est la première maison d’assistantes maternelles (MAM) qui voit le jour dans le département, depuis la promulgation de la loi du 9 juin 2010, qui reconnaît ces structures, dans le Code de l’action sociale et des familles. D’une capacité d’accueil de 12 places, 1, 2, 3 Soleil » vient colorer l’entrée est de la ville, en accueillant les enfants de 0 à 6 ans. La maison d’assistantes maternelles ouvrira officiellement ses portes lundi, au 9 impasse Georges Braque, non loin du quartier Saint-Médard.

À l’origine de ce regroupement, trois professionnelles de la petite enfance, agréées par le Conseil général, cumulant chacune, 6 à 7 ans d’expérience dans la petite enfance : Sandrine Daugareil, qui exerçait jusqu’ici à Mazerolles, Corinne Nagiscarde, de Laglorieuse, et Magali Lespéron, de Gaillères. Toutes, avaient envie de travailler en équipe.

« Nous nous sommes rencontrées par le biais du relais d’assistantes maternelles, explique Sandrine Daugareil, qui préside également l’association 1, 2, 3 Nounou créée pour le fonctionnement financier de la structure. On se sentait un peu seules, chacune de notre côté. Le fait de nous regrouper va nous simplifier les choses pour la préparation des repas, et la prise en charge des activités, notamment : l’une pourra prendre en charge les activités pendant qu’une autre pourra s’occuper des bébés, par exemple. » « Zéro subvention »

Ceci dit, le chemin qui a mené les trois jeunes femmes jusqu’au soir de l’inauguration, hier, n’a pas été sans quelques embûches. Plus de deux ans ont été nécessaires pour que le dossier obtienne enfin le feu vert des organismes compétents, comme la Protection maternelle et infantile (PMI) du département. « Au départ, le Conseil général était contre ce projet de maison d’assistantes maternelles, et préférait qu’on ouvre une microcrèche, explique Corinne Nagiscarde. Mais nous avons été tenaces et perspicaces. Nous avons opté pour une maison d’assistantes maternelles pour avoir notre indépendance et pouvoir garder notre statut d’assistantes maternelles. »

Magali, Corinne et Sandrine ont également dû s’adonner aux joies des démarches administratives, en demandant la transformation de leur agrément « domicile » en agrément « maison d’assistantes maternelle », mais aussi passer des tests psychologiques…

Les trois jeunes femmes ont enfin eu du mal à trouver un point de chute où faire ce nid pour tout-petits. Grâce au soutien d’une agence immobilière montoise, elles ont finalement dégoté une maison composée de trois chambres, d’une salle de change, d’un réfectoire, d’une pièce de vie, et d’un jardin sécurisé de 600 m².

« On se sentait un peu seules, chacune de notre côté. Le fait de nous regrouper va nous simplifier les choses »

Une villa que les trois assistantes maternelles ont dû aménager en adoptant « le système débrouille ». « Nous avons eu zéro subvention », glisse Sandrine Daugareil.

Hormis le Conseil général, qui a alloué une subvention de 500 euros, les autres organismes et collectivités sollicités semblent faire la sourde oreille, de l’avis des trois professionnelles. Elles sont notamment en attente d’une réponse de la part de la Caf et de l’Agglo. « Du coup, nous avons récupéré des choses chez les uns et les autres, reprend Sandrine Daugareil. Pour l’instant tout va bien, mais il ne faut pas que le réfrigérateur tombe en panne ! »

Toutes dépenses confondues - loyer, caution, frais d’agence, assurances en responsabilité civile professionnelle, aménagement intérieur de la maison - les trois jeunes femmes estiment avoir engagé « 5000 euros » sur leurs deniers personnels pour que leur projet puisse voir le jour. Horaires atypiques

Quoi qu’il en soit 1, 2, 3 Soleil est bel et bien sur le point de rayonner, à l’est de la ville. Hier soir, la structure organisait d’ailleurs une soirée d’inauguration, en présence d’élus, de parents, d’enfants, et de l’attaché parlementaire d’Alain Vidalies, Christophe Linxe, venu représenter le député. Car Alain Vidalies s’était intéressé au projet, du temps où il siégeait encore à l’Hôtel du département. Les horaires atypiques que propose la maison d’assistantes maternelles, notamment, l’avaient séduit. Les portes sont effet ouvertes de 6 heures à 22 heures. « Les habitants des communes de l’Agglo ont souvent des problèmes pour faire garder leurs enfants tôt le matin et tard le soir », confirme Christophe Linxe.

Le concept a également séduit les parents : deux jours avant l’ouverture officiel d’« 1, 2, 3 soleil », 10 des 12 places sont déjà réservées.

Pour contacter Maison d’assistantes maternelles « 1, 2, 3 soleil » : 05 58 52 92 45.

Source : Article du Sud Ouest le 26 juin 2011http://www.sudouest.fr/2011/06/25/l...